La photographie : un jeu d’enfants ?

par | 15 Mar 2020 | L'argentique et vous

La photographie argentique redevient populaire depuis quelques années. Combien de fois je me suis interrogé sur les raisons d’un tel retour et pourquoi il fallait l’encourager…

Troisième article de la série, nous continuons ici avec le sujet de la création…

La photographie : un jeu d’enfants ?

La volonté d’utiliser un appareil photo en plastique comme les appareils Lomo et plus particulièrement le Holga ou le Diana, dont les résultats sont difficilement mesurables ; un appareil totalement délaissé par les professionnels et les grands amateurs de la photographie est tout de même étrange.

Ils rappellent les jouets d’enfants et ce n’est sans doute pas un hasard…

Certains processus de création s’appuient sur la déconstruction des codes existants, et parfois même de sa propre acculturation. Ce jouet pourrait alors être un vecteur facilitant l’expression de l’enfant en soi. Un moyen pour se confronter à ses premiers étonnements, les premières inventions. Il nous permettrait de laisser émerger les formes, les couleurs dans la spontanéité d’une expression moins contrainte par les normes existantes.

De plus, le jeu tel que pratiqué généralement par l’enfant occupe un espace qui s’adresse davantage à soi-même par les émotions qu’il génère, qu’à l’autre dans la relation. En jouant, l’enfant s’emplit du pouvoir qu’il acquiert ainsi sur le monde. Ces appareils photos permettraient-ils de renouer avec un secret désir de création jusque-là étouffé par le poids de nos conventions ?

Crédits : Jeux d’enfants, Paris, Guillaume Benne

Et si on prolongeait cette analyse à la photographie en général ? Qu’elle soit numérique ou argentique, la photographie rappelle sans aucun doute une forme de jeu. Elle permet de déconstruire la réalité,  la transformer, la projeter dans un imaginaire intemporel propre à son créateur. En un clic simple et à la portée de tous, le photographe s’inscrit dans un processus infini de création qu’il pourra explorer sous de multiples angles tout au long de sa vie

Enfin, le travail de l’image amène aussi un travail autour de la représentation de soi et donc de la construction personnelle. Notre vision du monde est en effet intimement liée à notre propre regard sur nous. Par exemple, les sujets que nous choisissons, la manière dont nous les photographions et les choix techniques que nous prenons participent indirectement à notre développement personnel, ou du moins, témoigne de notre rapport aux choses et à l’espace (Civalleri, 2005).

 

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles similaires

Abandonner l’immédiateté, se plonger dans le présent

Abandonner l’immédiateté, se plonger dans le présent

La photographie argentique, bien qu’elle consiste à saisir à jamais un moment, s’oppose à toute forme d’immédiateté. C’est ce qui entraine aujourd’hui la résurgence de ce medium. Plus qu’un look facilement imitable dans n’importe quel logiciel de traitement d’images, la photographie argentique dispose d’un rythme propre. Une ode au temps long.

Écrire et dessiner avec la lumière : une exploration

Écrire et dessiner avec la lumière : une exploration

La tradition dans laquelle s’inscrit la photographie est immensément riche et fournie. De tout temps l’œil attentif a cherché à fixer ce qu’il voyait et ce qu’il ressentait à travers différentes techniques artistiques. L’apparition de l’image photographique provoqua un bouleversement aussi bien des codes artistiques que de notre société.

La communauté Lomo : la ré-appropriation d’un héritage

La communauté Lomo : la ré-appropriation d’un héritage

Dans les années 90, l’entreprise russe Lomography renaît de ses cendres grâce à une bande d’étudiants autrichiens en marketing qui empêche la fermeture de l’usine. Leur plateforme consacre les cancres et les grands créatifs de la photographie. Une communauté qui s’inscrit dans une tradition artisanale et dans un processus de création artistique.

Polaroid : la magie de la photo-souvenir et de la chimie

Polaroid : la magie de la photo-souvenir et de la chimie

En 2008, l’entreprise Polaroid annonçait la fin de la production de ses films instantanés mondialement célèbres. Un coup dur pour la photographie argentique. Polaroid est mort, vive Polaroid ! L’entreprise s’en sort et a pour ambition de vendre plusieurs millions de films chaque année. Phénomène de mode ou faut-il regarder plus loin ?

Suivez l'actualité du labo

Le contenu de ce site est mis à disposition selon les termes de la licence CC BY-NC-SA - Les Trois Bains - Association loi 1901 - 2020