Polaroid : la magie de la photo-souvenir et de la chimie

par | 1 Mar 2020 | L'argentique et vous

La photographie argentique redevient populaire depuis quelques années. Combien de fois je me suis interrogé sur les raisons d’un tel retour et pourquoi il fallait l’encourager…

Avec cette série d’articles que celui-ci démarre, je vous propose d’entamer une plongée dans ces questions. Je vous invite aussi à vous exprimer et nous parler de votre relation à l’argentique ou à la photographie de manière générale dans les commentaires !

En 2008, l’entreprise Polaroid annonçait la fin de la production de ses films instantanés mondialement célèbres avec lesquels beaucoup d’entre nous avions grandi. Un vrai coup dur pour la photographie argentique. Mais à l’impossible nul n’est tenu, et une jeune entreprise conduite par Florian Kaps, ingénieur chez Lomography et André Bosman, responsable de la production chez Polaroid, se lance dans la (re)conquête de ce marché. Dès 2010, Impossible Project va se mettre à produire des films pendant près de dix ans pour permettre à nos vieux Polaroid de continuer à immortaliser nos moments de vie.

En 2017, l’entreprise change de nom, sort un nouvel appareil photo et devient officiellement Polaroid Originals, après que la marque Polaroid ait été rachetée par une famille d’industriels polonais (également actionnaires d’Impossible Project). Désormais, le site Polaroid affiche fièrement de nouveaux appareils instantanés avec des films adaptés. Il propose aussi des rééditions d’anciens modèles dits “vintage”, dont les fameux 600, les SX-70 et les films qui vont avec.

La boucle est bouclée… Depuis mars 2020, nous apprenons que Polaroid Orignals redevient Polaroid (tout court). Au programme, un nouveau logo, et un nouvel appareil photo avec des courbes adoucies : le Polaroid Now équipé d’un système AF (autofocus) et d’un mode double exposition. 

Leur ambition est de vendre plusieurs millions de films chaque année, c’est un pari risqué, mais peut-être aussi la preuve que des personnes sont prêtes à les acheter…

On pourrait penser que la cible de ces films sont les 40-50 ans, les anciens amateurs des Polaroid et nostalgiques de cette époque. Mais il n’en est rien, ce sont les jeunes européens et les américains qui en sont les premiers utilisateurs. Au-delà de ce qu’on qualifie généralement de phénomène de mode, il y a sans doute bien des raisons pour expliquer cela.

Serait-ce pour s’inscrire dans une certaine tradition et ainsi perpétuer un rituel hérité de leurs parents? Ou bien parce qu’ils sont tout simplement stupéfaits de la magie de la chimie, et parce que le Polaroid permet de découvrir instantanément le résultat de cette réaction, contrairement aux pellicules qu’il faut développer puis passer sous l’agrandisseur. Peut-être aussi parce que ces petits bouts de papier étaient affichés sur leurs frigidaires d’enfants, qu’ils leur rappellent les albums de famille qu’on remplissait et découvrait ensuite avec un certain plaisir mais que le numérique a totalement fait disparaître…

LA SÉLECTION

Crédits : paularizer

Crédits : paularizer

Crédits : alix

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles similaires

Abandonner l’immédiateté, se plonger dans le présent

Abandonner l’immédiateté, se plonger dans le présent

La photographie argentique, bien qu’elle consiste à saisir à jamais un moment, s’oppose à toute forme d’immédiateté. C’est ce qui entraine aujourd’hui la résurgence de ce medium. Plus qu’un look facilement imitable dans n’importe quel logiciel de traitement d’images, la photographie argentique dispose d’un rythme propre. Une ode au temps long.

Écrire et dessiner avec la lumière : une exploration

Écrire et dessiner avec la lumière : une exploration

La tradition dans laquelle s’inscrit la photographie est immensément riche et fournie. De tout temps l’œil attentif a cherché à fixer ce qu’il voyait et ce qu’il ressentait à travers différentes techniques artistiques. L’apparition de l’image photographique provoqua un bouleversement aussi bien des codes artistiques que de notre société.

La photographie : un jeu d’enfants ?

La photographie : un jeu d’enfants ?

La volonté d’utiliser un appareil photo en plastique comme les appareils Lomo dont les résultats sont difficilement mesurables est étrange. Ils rappellent les jouets d’enfants et ce n’est sans doute pas un hasard… Ces appareils photos permettraient-ils de renouer avec un secret désir de création jusque-là étouffé par le poids de nos conventions ?

La communauté Lomo : la ré-appropriation d’un héritage

La communauté Lomo : la ré-appropriation d’un héritage

Dans les années 90, l’entreprise russe Lomography renaît de ses cendres grâce à une bande d’étudiants autrichiens en marketing qui empêche la fermeture de l’usine. Leur plateforme consacre les cancres et les grands créatifs de la photographie. Une communauté qui s’inscrit dans une tradition artisanale et dans un processus de création artistique.

Suivez l'actualité du labo

Le contenu de ce site est mis à disposition selon les termes de la licence CC BY-NC-SA - Les Trois Bains - Association loi 1901 - 2020